Rechercher
  • Sébastien CHAUVIN

Retour sur le séminaire final du projet CONECTFOR : La caractérisation et la préservation des FHVE

CONECTFOR : La caractérisation et la préservation des forêts pyrénéennes à haute valeur environnementale et de leur connectivité écologique


Les 24 et 25 mai derniers, FORESPIR organisait le séminaire de présentation des résultats du projet CONECTFOR.


Financé dans le cadre du programme européen INTERREG POCTEFA, CONECTFOR visait à favoriser l’émergence d’une stratégie transfrontalière de préservation de la biodiversité et des continuités écologiques des “Forêts à Haute Valeur Environnementale” (FHVE), présentes sur l’ensemble du massif des Pyrénées. Cette dernière conférence s’est tenue à Ax-les-Thermes en Ariège, où se sont réunis chercheurs, forestiers, naturalistes et pouvoirs publics afin de souligner les avancées permises par le projet et d’envisager de nouvelles pistes de réflexion pour continuer à agir ensemble en faveur de la conservation de ces forêts et de leurs fonctions.


Une première partie dédiée à la présentation générale des objectifs et résultats de CONECTFOR

Lors de la première partie du séminaire, plusieurs partenaires ont été invités à présenter leurs retours d’expérience quant à l’élaboration d’une méthode commune d’identification et de caractérisation des FHVE, à la mise en œuvre de pratiques de gestion adaptées ainsi qu’à la formulation de recommandations aux pouvoirs publics et acteurs du territoire.


Antoine Brin, enseignant-chercheur à l’Ecole d’Ingénieurs de Purpan, est d’abord revenu sur l’élaboration d’une définition pyrénéenne des FHVE. Fondée sur quatre critères, la précision d’un tel concept a permis d’améliorer le dialogue en matière de préservation de la biodiversité de part et d’autre de la frontière, mais surtout d’avancer vers la création d’un réseau pyrénéen de FHVE.

C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé Nicolas Gouix, chef de projet au Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie (CEN). En essayant d’élaborer une cartographie commune des FHVE, le projet CONECTFOR a permis de dresser un catalogue des types de forêts pouvant entrer dans cette « définition » qui demeure à « géométrie variable ». Ce travail doit permettre également de mieux identifier les matrices forestières interstitielles, c’est-à-dire les secteurs qui se trouvent entre ces FHVE et qui peuvent, selon la gestion appliquée favoriser leur connectivité. Un tel travail a notamment été complété par l’expérimentation de l’utilisation de données LiDAR. Carles Batlles, technicien biologiste au Centre de Recherche Écologique et Applications forestières (CREAF), a ainsi pu présenter les tests conduits sur le territoire espagnol. Si quelques améliorations sont encore nécessaires, notamment en termes de résolution, les résultats obtenus grâce à l’utilisation du LiDAR restent intéressants. En effet, ceux-ci correspondent plus ou moins aux données récoltées sur le terrain, soulignant ainsi le caractère prometteur de cet outil pour participer à la caractérisation des FHVE du massif.


Sur la base des connaissances acquises, de premières recommandations de gestion ont pu être formulées. Dans cette perspective, Alexandre Laizé, ingénieur forestier au Centre Régional de la Propriété Forestière d’Occitanie (CRPF), est revenu sur les travaux engagés afin d’adapter la gestion forestière en faveur des FHVE. Sur 15 sites pilotes sélectionnés pour la diversité - forêts publiques ou privées, milieux différents, etc. - différentes pratiques de gestion ont été expérimentées afin de préserver, d’améliorer ou de restaurer la qualité et la connectivité écologique dans les matrices interstitielles. De telles expérimentations ont ainsi pu permettre de préciser les pratiques les plus favorables et de diffuser celles-ci auprès d’un large éventail d’acteurs et usagers de la forêt. En effet, CONECTFOR a été l’occasion de transférer les connaissances acquises au-delà des mondes scientifique et forestier. Mathias Brummer, membre de la Xarxa per a la Conservació de la Natura, a ainsi souligné l’organisation de journées de transfert organisées à destination des administrations, propriétaires et gestionnaires forestiers ainsi que l’intégration des prescriptions écologiques et du concept-même de FHVE dans différents documents de planification et développement régional français et espagnols.


Focus sur quelques actions conduites sur les territoires français et espagnols

Ces différents éléments ne sont pas restés au rang de principes : CONECTFOR a permis de les traduire en actions concrètes sur le massif, participant par ailleurs à l’application des stratégies de l’Union européenne en matière de biodiversité. Côté français, les connaissances acquises dans le cadre du projet ont servi à mieux prendre en compte les vieilles forêts dans la forêt communale du “Bois du Bager” dans les Pyrénées-Atlantiques. Aux côtés de la commune et de l’Office National des Forêts, le CEN Occitanie a pu permettre l’adoption de pratiques de gestion favorables à la biodiversité présentes sur le site. De la même façon, le CRPF a pu conduire ce type d’actions dans une forêt privée de Haute-Garonne. Enfin, Irène Senaffe, directrice de l’Union Grand Sud des Communes Forestières, a montré comment de telles prescriptions avaient pu être partagées aux élus, notamment pas la vulgarisation du lexique scientifique utilisé, la création d’un site internet ou encore la valorisation des actions menées sur leurs territoires.

Concernant le versant Sud des Pyrénées, la méthode CONECTFOR a été utilisée afin d’identifier les FHVE présentes sur le territoire navarrais. C’est ce qu’a présenté Aritz Zaldua Esteban de la Gestión ambiental de Navarra, en soulignant également que les résultats obtenus ont été intégrés aux documents de planification enfin de mieux prendre en compte les FHVE à l’avenir et de développer leur surface forestière sur le territoire de la Communauté autonome. En effet, les FHVE identifiées dans CONECTFOR ont pu être intégrées à l’objectif d’atteindre 10% de vieilles forêts Navarraises mises en protection d’ici quelques années. Jordi Garcia Petit est quant à lui revenu sur les actions conduites par les membres du Centre de Ciència i Tecnologia Forestal en Catalogne. Après avoir identifié des FHVE par l’interprétation de données LiDAR, ces derniers ont mené des travaux afin d’améliorer la connectivité entre FHVE et d’intégrer des éléments de biodiversité dans la gestion multifonctionnelle de celles-ci. D’ailleurs, c’est cette nécessaire multifonctionnalité qu’il s’agissait de faire remonter auprès des pouvoirs publics, comme a pu le faire la Xarxa per a la Conservació de la Natura en Catalogne en formulant de nombreuses recommandations à destination des instruments de planification régionaux, dont le Plan General de Politique forestière en cours d’élaboration en Catalogne. Dans cette perspective, CONECTFOR a été l’occasion de conduire un processus participatif en faveur d’une gestion multifonctionnelle des forêts, respectueuses de leur valeur environnementale et de la connectivité écologique.


Une visite de terrain dans la forêt domaniale d’Ax-les-Thermes

Le lendemain, les participants ont pu se rendre en forêt domaniale d’Ax-les-Thermes aux côtés des agents de l’Office National des Forêts, où ont été conduites des analyses comparées entre une vieille forêt et une parcelle exploitée. En réalisant des inventaires dendrologique, d’indice de biodiversité potentiel (IBP), de dendro-microhabitats ainsi que des analyses du sol et de l’ADN environnemental, cette étude comparative a permis d’évaluer les modalités de rétention les plus favorables à la biodiversité et à la connectivité en forêt exploitée. Située dans une zone à forte fréquentation touristique, des enjeux sociaux et paysagers étaient également à prendre en compte.

Partout dans les Pyrénées se trouvent des forêts concentrant des enjeux forts en termes de biodiversité. Ces FHVE, au-delà des nombreuses espèces végétales, animales et fongiques qu’elles abritent, jouent de nombreuses fonctions de régulation, telles que la protection de la ressource en eau et de sa qualité ou le maintien d’un sol riche. Elles rendent également de nombreux services en matière de pratiques sportives de pleines natures, de loisirs et de détente. Leur caractérisation et la mise en place de pratiques de gestions sylvicoles adaptées constituent ainsi des éléments clés de la préservation du patrimoine naturel et culturel du massif. Conscients de cette nécessité, les partenaires de CONECTFOR ont d’ailleurs profité de cette dernière rencontre pour envisager les possibles suites à donner au projet afin de continuer, ensemble, à s’engager en faveur des forêts pyrénéennes.

Un grand merci à l’ensemble des participants et partenaires du projet CONECTFOR !


Le projet a été cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide est concentrée sur le développement d’activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes qui favorisent le développement durable du territoire.




10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout